La Petite fille qui aimait trop les allumettes

La Petite fille qui aimait trop les allumettes
  • Éditeur québécois

Nous avons dû prendre l’univers en main mon frère et moi car un matin un peu avant l’aube papa rendit l’âme sans crier gare. Sa dépouille crispée dans une douleur dont il ne restait plus que l’écorce, ses décrets si subitement tombés en poussière, tout ça gisait dans la chambre de l’étage où papa nous commandait tout, la veille encore. Il nous fallait des ordres pour ne pas nous affaisser en morceaux, mon frère et moi, c’était notre mortier. Sans papa nous ne savions rien faire. À peine pouvions-nous par nous-mêmes hésiter, exister, avoir peur, souffrir.

Table des matières

Table des matières
La Petite fille qui aimait trop les allumettes 1
PREMIÈRE PARTIE 11
SECONDE PARTIE 91
Table des matières 181