Prédire et prévenir le cancer

Le cancer est aujourd'hui la maladie qui tue le plus. Même s'il s'agit d'une maladie multifactorielle, le patrimoine génétique joue un rôle important dans la survenue de nombreux cancers. Depuis le décryptage du génome humain en 2000, les possibilités de l'oncogénétique se sont considérablement développées. Nous sommes désormais en mesure de prédire avec une précision toujours croissante les cancers à venir pour certaines personnes.Le cancer est aujourd'hui la maladie qui tue le plus. Même s'il s'agit d'une maladie multifactorielle, le patrimoine génétique joue un rôle important dans la survenue de nombreux cancers. Depuis le décryptage du génome humain en 2000, les possibilités de l'oncogénétique se sont considérablement développées. Nous sommes désormais en mesure de prédire avec une précision toujours croissante les cancers à venir pour certaines personnes. Il en est de même pour les médicaments. Nous saurons de plus en plus souvent à l'avance ceux qui seront efficaces et ceux qui ne le seront pas, évitant ainsi des traitements aussi douloureux et coûteux qu'inutiles. La prévention permet d'agir avant même le déclenchement de la maladie, pour le prévenir ou le retarder. Cette avancée appartient à l'évolution majeure de l'oncologie que l'on appelle médecine de précision ou personnalisée, qui permet de cibler les traitements. Une ère de médecine " 4P " comme Précision, Prédictive, Préventive et Participative, s'ouvre à nous. Avec ces progrès, apparaissent des questions éthiques qu'il faut absolument penser en parallèle : décrypter une partie du futur médical des populations n'est pas sans conséquences sociétales et doit être accompagné, anticipé, sécurisé, afin d'éviter les mésusages de ces prédictions.